Centre HP Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Formatrice

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Centre HP Index du Forum -> Acceuil -> Candiatures
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Dradra
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2008
Messages: 44
Localisation: Québec =P

MessagePosté le: Sam 2 Fév - 01:07 (2008)    Sujet du message: Formatrice Répondre en citant

Pseudo: Dradra

Nombre d'année de RPG: 5-6 ans, je crois...J'ai jamais été très douée dans le temps...

Nombre et noms des personnages que vous voulez enseigner : 4 pour l'instant
~Principalement, Fenrir Greyback
~Ensuite, Lucius Malfoy
~Aussi, un mangemort X qui n'est pas dans les favoris de Voldemort
~Et Rubeus Hagrid

Motivations: Puisqu'Enkelis m'a/va m'aidé avec les personnages gentils pourquoi pas aider les autres avec des un peu plus méchant? Quoi que j'aimerais bien aussi «enseigner» Severus Rogue, mais pour le moment je vais m'en tenir avec les quatre que j'ai nommé. Hagrid elle le seul personnage gentil avec qui j'ai de la facilité, je crois avoir bien saisi le caractère Razz Je n'ai jamais interprété Fenrir et Lucius, mais c'est deux personnages que je rêve de pouvoir jouer, mais faute de temps, je ne peux pas et pourtant, j'ai l'impression de déjà les connaitre dans leur moindre recoins, d'où la raison pourquoi je crois être apte à montrer les personnages à d'autre monde.

Autres: Comme dit plus haut, je ne suis pas la personne qui ai le plus de temps, alors je sais que c'est un role play d'environ trentes lignes qui ai demandé {à moins que se soit différent pour moi} étant donné que je veux faire un truc de qualité pour chacun des personnages, ça peut prendre quand même un certain temps {je vais quand même me dépêcher, tout en faisant un truc de qualité} Mais juste une question, on envoie par mp ou on post sur le forum?

_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur Skype
Publicité






MessagePosté le: Sam 2 Fév - 01:07 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Enkelis
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 07 Nov 2007
Messages: 149

MessagePosté le: Sam 2 Fév - 12:30 (2008)    Sujet du message: Formatrice Répondre en citant

Tu postes par ici ^^

 Et oui 30 lignes avec chaque personnage Wink
 Pas grave si tu prend du temps (tant que c'est pas troi mois !)
_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Dradra
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2008
Messages: 44
Localisation: Québec =P

MessagePosté le: Dim 3 Fév - 00:48 (2008)    Sujet du message: Formatrice Répondre en citant

Trois mois? Non, je crois pas, en tout cas j'espère 0o Bref...commençons par mon principal... Un d'abord et je verrai les autres ensuite ^^ [On peut voir que j'aime beaucoup la description dans mon post *sifflote* ]

Fenrir Greyback
Une forêt en piètre état, avec une petite maison qui est dans la même situation. Il serait difficile de croire que le cœur de Londres n'est qu'à quelques kilomètres de là. Le silence semble irréel, le calme avant la tempête, mais revenons à la maison. Elle est très simple, faîtes de pierre et une porte en bois. Elle semble inhabité, le seul élément qui nous fait dire le contraire est la cheminée qui boucane. Sur le petit chemin sinueux, les pierres ne sont pas toute à la même hauteur, il n'a jamais été entretenu, les mauvaises herbes commencent à pousser au travers. Rien qui donne envie d'entrer à l'intérieur. En s'approchant davantage, on remarque que dans la fenêtre il y a une planche de bois, comme si elle était banni et sur la porte il a des tâches rouge, c'est du sang.Ce qui est frappant la première fois qu'on voit l'intérieur de la maison, c'est que tout est en lambeau. Lacéré, détruit, saccagé, dur de mettre le mot exact sur se carnage. Aucun meuble ne semble être à la bonne place, toute la maison est remplie d'une épaisse poussière et il règne un silence de mort; même quelqu'un de courageux voudrait s'enfuir à toute jambe en pénétrant dans cette habitation. Trace de sang, de combat; des traces de violence. Ce n'est pas un enfant de cœur qui vit ici, mais quelqu'un de beaucoup plus vil, d'une cruauté sans égale, une personne qui n'a probablement pas de cœur. Plus on avance dans le sombre lieux, plus il y a de trace de sang...fraichement fait. Au bout du couloir, il y a une porte close. Elle incite au regard, elle est étrange, troublante et ...détruite. Des traces de griffe, un coup de patte sur la porte, un jeu? Mais quel genre d'animal aurait pu détruite une porte de cette manière, comme une vulgaire feuille de papier. Ce n'est plus la peur qui envahit le visiteur, mais la fascination, il s'approche, il ignore se qu'il l'entend, il devrait avoir peur, il devrait fuir.

C'est dans cette pièces que se trouvent le foyer. La seule et unique lumière de la maison émane de cette pièce, car le foyer est généralement allumé. C'est le moyen le plus rapide pour se rentre à Londres, beaucoup plus rapide qu'à pied. Nous observons un fauteuil, c'est le seul meuble de la pièce et la seule fourniture de l'habitation qui semble à sa place, devant le feu. Une ombre est projeté sur le mur, imposante, repoussante, mais surtout bestial. Il est difficile de croire que c'est véritablement un homme qui se trouve assis là, il faut dire qu'il n'en ai pas vraiment un, c'est un loup-garou. Le plus cruel qu'il ai été de donner au monde des sorciers. Il a beaucoup d'ambition, il souhaite que le nombre de loup-garou dépasse celui des sorciers. Il veut contaminer le plus de gens que possible. Faire une espèce de révolution, le monde à sang. Mais a-t-il autre chose en laquelle il croit, qu'il veut? Après tout il est avec le Seigneur des ténèbres. Et pourtant non, la seule raison pourquoi il est avec ce puissant sorcier, c'est tout simplement pour avoir plus facilement des victimes et se faire prendre moins facilement. Il est sauvage, indomptable, il est certain qu'il ne se laisserait pas tout bêtement capturer, mais il est intelligent et il sait qu'il est mieux d'être prudent, enfin dans la limite qu'il peut mordre le plus de gens possible. Selon certain, il préparerait ses «meurtres» à l'avance, peu de temps avant que la pleine lune se lève, il se placerait près de ses victimes pour être sûr de ne pas les rater, mais même quand il n'est pas transformer il est dangereux, car il aime l'odeur du sang, il aime tuer. La seule différence sous sa forme animale, c'est que ses sens sont davantage aux aguets, il devient un loup, il n'est plus humain. Il hurle, il renifle, il n'a plus de conscience. Quoi que nous pouvons pas vraiment dire qu'il en a une en général. Menaçant, arrogant et sanglant, il a sa fierté. Si vous vous avisez à l'humilier ou le choquer, vous allez découvrir sa vrai nature, on peut dire qu'il a un petit penchant orgueilleux...

L'homme mi-animal se leva, il était très imposant et ses dents pointus reflétant par la lueur du feu lui donnait un petit air machiavélique. Il avait décidé d'aller en ville se soir, comme ça sur un coup de tête, il était très rare qu'il réfléchisse avant d'agir, il préférait foncer et réfléchir ensuite. Il considérait les gens qui pensaient trop comme des ignares. À quoi bon songer si c'est pour finalement faire quelque chose? Tant qu'à cela, tu es mieux de le faire dans l'immédiat, comme cela, il n'y a aucune perte de temps et tu as tout ton temps pour faire autre chose ensuite. Il passa sa langue sur ses dents bien «aiguisé», une goutte de sang perla sur le bout de celle-ci. C'était bon signe. Il regarda ensuite ses ongles qui ressemblaient davantage à des griffes. Il se sentait près à foncer. Il avança vers la cheminée et maladroitement pris une poignée de poudre de cheminette et la lança devant lui. «Chaudron Baveur». Il se retrouva dans une chambre déserte, il en sortit rapidement et descendit en bas. Il ne se préoccupa des cris qu'amena sa présence, il n'avait pas envie d'être en compagnie de personne de son âge. Il voulait un enfant, il adorait les enfants...Il sortit à l'extérieur, dans Londres, marchant à pas de loup pour ne pas se faire remarquer. Son nez sentait la moindre odeur qui pourrait l'amener à se qu'il recherchait. Il n'y avait que des adultes, il était trop tard on dirait. Non, ce n'était pas possible, il était à Londres, il allait trouver. Une petite fillette de huit ans jouait dans la ruelle à côté de chez elle. Elle allait rentrer dans quelques minutes, exceptionnellement, elle avait convaincue ses parents qu'elle était assez vieille pour rester plus longtemps. Puisque tous ses amis étaient rentrés, elle jouait avec un chat de gouttière, elle ne savait pas se qui l'attendait. Fenrir avançait de plus en plus près de cette pauvre fille. Il arriva à côté de cette rue adjacente et sentie son odeur, la chair fraiche infantine. Le félin se sauva tout à coup des petits bras qui le seraient. Elle ne comprenait toujours pas que sa fin était proche. Elle courra plutôt après le chat noir, jusqu'à se qu'elle sente une ombre derrière elle et qu'elle se retourne lentement vers «celui» qui était là. Son regard changea aussitôt vers la peur. Elle comprenait...


-N'est pas peur, j'adore les enfants.

Il prit un ton doucereux, mais il était très loin d'être rassurant, il avait une voix rauque qui ressemblait énormément à un aboiement. Elle put sentir son haleine fétide, figée par la peur elle ne bougea pas et lui il approcha ses mains sales et poisseuse et empoigna la jeune fille et la mordit. Pas dans le but de la contaminer, car ce n'était pas la pleine lune, mais tout simplement pour la tuer. Tuer pour tuer. Il aimait le sang, c'était son petit plaisir de la vie. Les plaisirs des autres ne sont pas toujours bons pour tous... Pour les cœurs sensibles on évitera les détails, mais à la fin il ne restait que quelques mèches de cheveux sur le sol. Il les ramassa, les regarda, fasciné, c'était tout se qui restait de son repas, des mèches blondes toutes bouclées. Avec ce qui restait de la jeune fille, il s'approcha de la porte d'entrée de la maison, il allait prévenir les parents, c'était la moindre des choses...Après il n'avait eu aucune raison de la tuer, mis à part son plaisir personnel. Dès que les adultes répondirent à la porte, la dame s'évanouit et l'homme blêmit. Ils avaient compris en voyant cette bête les dents pleine de sang et les cheveux de leur fille unique dans cette main poilu. Sans mot de plus, l'homme c'était tournée vers sa femme et il avait commencé à pleurer, mais avant qu'il se mette à crier de colère, Fenrir n'était plus là. Il riait dans les rues, de son nouveau carnage, de la réaction pitoyable qu'avait eu ses gens. Il prenait plaisir de la faiblesse et la tristesse des autres. Il allait retourner chez lui reposé et satisfait de cette petite sortie en ville.

Rubeus Hagrid
[Finalement, j'ai décidé de poursuivre avec Hagrid, j'aime trop Lucius pour faire un texte rapide comme j'ai fait avec Fenrir et Hagrid ^^]

Hagrid venait de se réveiller, il avait encore une fois très mal dormi, il avait bu la veille. Probablement plus qu'il ne s'en rappelait. Il se leva maladroitement de son immense lit et se dirigea vers le fond de la cabane, elle ne faisait qu'une pièce, et il fit bouillir de l'eau. Il se laissa choir sur une des imposantes chaises du set de cuisine et la tête entre les mains tenta de se rappeler la veille. À quoi bon, il passa une main dans ses cheveux longs, noirs et hirsutes. Au même moment, la bouilloire faisait entendre sa présence, le mi-géant se releva et alla chercher une tasse de thé et sortie une poche dans un des gros contenants de bois et la laissa tomber dans la tasse. Il versa ensuite l'eau et attendit que le thé soit infusé. Crockdur vint poser sa tête sur les genoux de son maître. Sans se poser de question, Hagrid commença à lui flatter la tête allègrement se qui fit couler un gros monceaux de bave sur ses pantalons, mais il ne s'en préoccupa pas étant habitué et aimant les «petites bébêtes». Quand il finit par prendre une gorgée de thé, il était rendu très fort, rien de tel pour bien commencer une journée. Pour accompagner sa boisson, il alla se prendre des biscuits qu'il avait fait. Le premier qu'il prit était dur comme la pierre, immangeable pour quelqu'un de normal, mais le mi-géant les trouva délicieux et en mangea quelques'uns en les trempant dans son thé. Quand il l'eut finit, il déposa la tasse sur la table et se leva et sortie à l'extérieur.

On pouvait encore voir la rosé du matin sur l'herbe verte de Poudlard. Hagrid hésita à se diriger vers l'école; d'un côté il pourrait aller parler avec les professeurs, mais d'un autre il avait son cours avec les troisième année à préparer. Il décida d'aller dans la forêt interdite, puisqu'il avait bu la veille et qu'il ne se rappelait plus de se qu'il avait pu dire ou faire, il n'avait pas envie de se faire chicaner ce matin, c'était un être sensible et il voulait être en pleine forme pour son cours. Suivit de Crockdur, il se dirigea vers les bois, mais bien entendu avant de partir, il prit sa carabine, après tout on ne savait jamais se qu'on pouvait croiser dans cette sombre forêt, et une boîte pour ramasser le sujet de son cours. Il savait de quoi il allait parler, mais encore fallait-il les trouver. Il avança à travers les broussailles d'un pas sûr, il devait mieux connaître la forêt que le fond de ses poches. Il fallait dire, qu'il était difficile de connaître bien ses poches, au nombre qu'il avait et à la quantité d'objet qu'il avait à l'intérieur de celles-ci. Il cherchait un animal natif d'Australie, en temps normal il n'en aurait pas eu dans la forêt interdite, mais Hagrid s'était arrangé pour s'en procurer quelques'uns et partir une petite colonie. Il arriva finalement au point où les petites bestioles d'à peine un centimètre se trouvaient. D'une couleur bleu saphir on pouvait difficilement passer à côté quand il y en avait plusieurs, car un seul il passe inaperçu, car il vole très rapidement et les ailes sur sa tête lui permette de tourner sur lui-même en volant. Hagrid enfila une paire de gant et en attrapa quelques'uns en prenant soin à ne pas les écraser et les mit dans sa boîte. Une fois qu'il en ai eu une dizaine, il repartie en chemin de l'école, car son cours était immédiatement après le repas.

Excité à l'idée de donner son premier cours de l'année, il n'avait pas vraiment faim, alors il mangea seulement quelques gâteaux de sa concoction, donc très dur et pas très bon, mais cela convenait très bien au mi-géant. Il attendit les élèves près de trente minutes avant le début du cours, au devant de sa maison de bois. Quand les premiers étudiants arrivèrent, il leurs fit un grand sourire chaleureux et faisait de grand signe de main à ceux qui était plus loin. Il avait très hâte que tout le monde soit là et qu'il puisse commencer son cours. Une fois tout le monde arrivé, il sortie la boîte dans laquelle il avait le sujet de son cours et demanda à tout le monde d'enfiler une paire de gant en peaux de dragon. Il ouvrit ensuite la boîte et sortie un des insectes à l'étude et le montra à toute la classe pour que tout le monde puisse voir sa couleur bleu saphir, ses ailes au-dessus de sa tête et le long dard qui terminait son corps. Hagrid commença à parler avec enthousiasme.


-Voici un Billywig, un insecte natif d'Australie, avec une piqure de son dard ammène des effets secondaires qui peut vous faire léviter pendant quelques jours ou en cas d'allergie grave, pour toujours. Des plaintes des élèves se firent entendre dans la classe, quand ils réalisèrent que la bestiole n'était pas aussi inoffensive qu'elle en avait l'air, mais Hagrid ne sembla pas les entendre et il continua son cours. Vous allez vous mettre en équipe de deux ou trois et vous allez prendre un Billywig pour l'observer.

Avec un enthousiasme non dissimulé, il distribua l'insecte à tous les groupes d'élèves. Il se disait qu'il commençait par quelque chose de facile pour le premier cours. Beaucoup d'élèves perdirent leur insecte, car il se mettait à voler à grande vitesse et il était à peine perceptible. Hagrid allait rester calme tant et aussi longtemps que personne ne se fasse piquer, mais après par contre, son humeur changerait rapidement pour de l'inquiétude. Il aimait beaucoup sa nouvelle responsabilité, il ne voulait pas la perdre et il s'inquiétait aussi de la santé des élèves, car le blâme serait mis sur lui, mais pour le moment, tout cela était très loin et s'occupait plutôt de tenter de récupérer les insectes qui volaient.

Mangemorte X
[J'ai changé la fin de mon post avec Hagrid car je ne l'aimais vraiment pas. Pour se role play {mangemort X}, je l'ai fait à partir d'un personnage que j'avais déjà joué, donc c'est la raison du métier et tout ^^]

Un appartement à Londres, loin d'être le plus grand, même qu'il est très petit, un quatre pièces; une chambre à coucher, un salon, une salle de bain et une cuisine, enfin, si on peut appeler cela une cuisine tellement elle est petite. Une femme dans la vingtaine y vivait, seule, le travail la préoccupant trop pour avoir le temps à se préoccuper à l'amour, de toute manière cela ne l'intéressait pas, elle avait beaucoup mieux à faire que sortir au cinéma, restaurant ou tout simplement un repas au chandelle chez elle. La chambre était constitué d'un lit qui prenait pratiquement toute la place dans la pièce et d'une armoire qui longeait le mur en entier. Le seul moyen pour qu'elle ai une taille convenante. Pour les autres pièces de l'appartement, ils étaient aussi constitué rarement de plus de deux meubles, par exemple au salon il y avait le divant et une bibliothèque; la cuisine n'avait qu'un banal comptoir de bois, avec lavabo intégré et une chaise, même pas de garde-manger, elle ne mangeait jamais à la maison. Seule la salle de bain était luxueuse, on voulait tous, tout de même notre confort. La femme qui vivait là, aurait été facilement capable d'avoir un plus grand appartement, même qu'elle aurait pu avoir une très grande maison, mais à quoi bon. Ses économies elle les conservait pour autre chose, elle avait d'autres intentions, d'autres pensées, un but.

Elle était de sang-pur, elle avait un rang respectable, mais mystérieux dans la société. Elle était langue-de-plomb. Elle était une belle femme, grande avec de long cheveux noirs qui ondulaient sur son dos, mais elle avait le regard sombre, presqu'effrayant, mais la majorité des hommes qui regardaient vers elle oubliait son regard et étaient plutôt fasciné. Elle ne montrait aucune de ses émotions. Elle était toujours neutre, quoi que pas très commode. Toutes les fois qu'on l'invitait, elle déclinait l'invitation. Les garçons arretèrent donc de lui demander pour une soirée, restait que beaucoup voulait savoir se qui se cachait derrière cette façade imperturbable, mais voulaient-ils vraiment le savoir qui était la femme derrière ce masque? Se qu'elle faisait en dehors des heures de bureau? S'ils le savaient, ils voudraient oublier, ils auraient voulu ne jamais le savoir et pourtant, ils ne se doutaient pas qu'ils voudraient changer d'idée et certains persistaient. Elle se promettait un jour de les tuer, mais ce n'était pas le moment de le faire, elle devait garder son métier si elle voulait devenir une «proche» du Lord. Elle savait pertinement qu'il ne faisait probablement confiance à personne, mais si elle pouvait lui procurer des informations qui lui seraient utile, elle deviendrait peut-être importante, elle pourrait peut-être l'occasion de le rencontre. Elle avait eu cette chance qu'une seule fois de lui parler, sinon elle ne le voyait que de loin, c'était les autres mangemorts qui lui donnaient des ordres pour les missions, se qui la dégoutait profondément. Elle souhaitait que se soit son maître qui lui fasse part de ses missions.

Au travail, elle aimait beaucoup son statut de personne indécriptable, cela lui permettait d'avoir la majorité du temps les meilleurs sujets d'étude, les plus importants, mais surtout les plus secrets, voir dangereux. Tout le monde était sûr qu'elle n'en parlerait jamais, se qui était vrai, sauf si quelqu'un lui demandait, mais pas n'importe qui, une seule personne dans ce monde minable pouvait lui demander et qu'elle lui dise sans hésiter et c'était le Seigneur des ténébres. Elle considérait tous et chacuns comme des petits insectes qui ne méritaient qu'à être écrasés, sauf lui. Elle avait une très haute estime d'elle-même, c'est pour cette raison qu'elle trouvait que tout le monde, ou presque, n'avait aucune valeur. Elle était une des meilleure dans son travail, aussi, mais il fallait dire que quand elle était penchée sur un projet, cela en devenait pratiquement une obsession, elle y allait à fond, jusqu'à découvrir la réponse, que ça prenne une semaine, un mois, même un an, elle pratiquait son métier avec passion. Dans le but d'acquérir de nouvelles connaissances et de toujours devenir plus importantes, et puis savoir des choses que les autres ignorent te rendent beaucoup plus importants et...puissant.

En dehors du travail, elle avait pratiquement pas de vie social, mis à part les mangemorts et même là... Elle restait la majorité du temps enfermé chez elle, sans jamais voir personne, un livre à la main ou bien en train de concocter potion, plutôt poison ou ensorceler objet. Elle se considérait comme une mage noire, certe elle n'avait pas une grande notoriété auprès du Lord, mais cela allait changer, il allait finir par la remarquer et voir qu'elle était importante. C'était une femme cruelle qui aimait tuer pour le plaisir, particulièrement les moldus ou pire encore les sang-de-bourbe. Elle aimait se débarasser d'eux de manière originale et toujours différentes, comme cela on ne pourrait pas l'accuser, elle était maligne après tout et elle ne se laisserait sûrement pas attraper comme une gamine. Elle pouvait même passer des soirées entières à être assis dans son salon et penser, seulement penser sans rien faire d'autres. C'était une soirée comme celle-là qu'elle s'apprétait à faire, quant elle eut une idée. Une idée banale, mais qui lui tentait. Un homme n'arrêtait pas de la harceler au bureau, il était temps de se débarasser de lui, d'ailleurs elle avait trouvé une nouvelle recette de poison quelques jours plus tôt, il était temps de l'essayer, c'était l'occasion idéal.

Elle n'avait pas peur de jouer avec les sentiments des autres et c'est se qu'elle allait faire se soir. Elle «emprunta» une robe à une riche dame du quartier et elle l'enfila. C'était une robe noir, dont le haut était fait comme un corset. Cela allait très bien à la mangemorte, elle était certaine que l'homme allait tomber dans son filet. Elle se maquilla, se qui arrivait très lentement, un rouge sensuel sur les lèvres. Un sourire moqueur s'affichait sur ses lèvres quand elle regardait son reflet dans la glace. Ce n'était pas elle, elle allait jouer un rôle. Elle prit la fiole remplis de poison et la glissa dans sa sacoche, elle aussi «emprunter» à cette même femme et elle y mit sa baguette. Elle s'assura que tout était bien fermé chez elle et que personne ne pourrait rentrer et elle transplana devant l'entré de la maison de l'homme et elle y sonna. Se ne fut pas bien long qu'un elfe vint répondre à la porte, elle demanda à voir le maître de la maison et il arriva. Elle vit son visage changer pour de l'admiration. D'une voix mielleuse qui ne lui était pas habituel, car en temps normal elle était très froide et distante, même désagréable, elle dit.


-Je voulais m'excuser pour cette semaine, je n'ai pas été très gentille, je me demandais si tu voulais aller quelque part.

Certe elle n'était pas sincère, mais il ne sembla pas s'en rendre compte et l'invita à rentrer à l'intérieur. Se qu'elle fit. Elle regarda autour d'elle et elle réalisa qu'elle aurait une maison comme celle-ci, si elle ne metterait pas tous ses économies de côté. Elle n'eut pas le temps n'appronfondir sa pensées quand l'homme revint et lui proposa une promenade dans le parc, *parfait* pensa-t-elle. De plus, il faisait noir, alors personne ne les verrait ensemble. Il lui attrapa le bras et ils transplanèrent ensemble jusqu'au parc, sur le bord de l'eau. La soirée avançait et ils avaient l'air de bien s'entendre, ils discutaient et riaient. Il était très loin de se douter qu'elle jouait un jeu, elle faisait son coeur battre la chamade pour que sa mort soit des plus souffrante. Plus le temps passait, plus elle donnait l'impression de s'être attaché à lui. Arrêté, assis sur un banc, les deux continuaient de rire et de parler de tout et de rien. Quand l'homme s'approcha pour l'embrasser, elle le repoussa «gentiment» et approcha ses lèvres de son oreille et elle murmura.

-J'espère que tu as passé une bonne soirée, car... Il acquiessa, avant même qu'elle eut le temps de terminer sa phrase, mais elle pousuiva tout de même. c'est la dernière de ta vie

Il se crispa, elle éloigna sa tête de lui pour mieux observer ses traits, elle voyait qu'il avait peur, certe le visage de celle-ci avait changé, il n'était plus celle avec qui il avait passé la soirée, elle qui riait et était heureuse, elle avait un regard perçant, fou, mais il voyait surtout une envie de tuer, il le sentit dans le fond de ses trippes. Il se leva rapidement, mais il ne put faire un geste de plus qu'elle lui lançait la fiole. Il la regardait sans comprendre, elle sortie sa baguette et la fit exploser. Par surprise il ouvrit la bouche et une goutte lui toucha la langue, c'est tou se qu'il fallait pour le tuer, une seule goutte. La seule différences quand tu en prends davantage c'est que la mort est plus rapide. Il se mit à crier, de peur? De mal? Difficile à dire, probablement un mélange des deux. Un sourire amusé sur les lèvres, elle transplana chez elle et retira la robe et le maquillage. Une journée tout à fait banale venait de terminer. Elle dormit très bien cette nuit-là.

_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur Skype
Dradra
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2008
Messages: 44
Localisation: Québec =P

MessagePosté le: Ven 8 Fév - 23:02 (2008)    Sujet du message: Formatrice Répondre en citant

[Vous allez probablement vite remarquer que je voies Lucius comme un mari attendrissant, autre chose que je voulais dire, au début c'est comme un role play, mais par après se l'est moins, mais c'était pour pouvoir le montrer dans différentes situations. Dernière chose, j'ai édité mon post précedent pour mettre mon mangemort quelconque, j'ai terminée, alors Razz ]

Lucius Malfoy
Le moment où le corps humain est le plus fragile, c'est quand il dort. Tous les traits sont détendus, ne se soucient pas que quelqu'un les regarde peut-être. Serein. Juste avant qu'il s'éveille les paupières commencent à bouger plus rapidement, le nez frémit et la bouche émet un léger grondement. L'homme des cavernes s'éveille, mais il va vite redevenir l'homme civilisé. Il tasse les couvertures du lit et enfile la robe de sorcier qui est sur la table de chevet. Tous ces gestes, qu'il fait sans s'en rendre compte, à cause qu'il est toujours à moitié endormi. Il ramasse sa baguette magique et arrangea ses cheveux. C'est en se retourna qu'il émet son premier sourire de la journée, un sourire attendris sur les lèvres en se retourna vers sa femme qui dort toujours. La femme qui dort était loin d'être celle de la société, elle laissait à la vue de tous ses imperfections dans le sommeil, tandis quand temps normal elles sont cachés par du maquillage. Une fois qu'elle allait être réveillé, cela allait être le cas, autant profiter de se visage, pendant qu'il le pouvait. Il mit un genoux sur le lit et donna un baiser sur le front de sa femme. Il aurait eu envie de la regarder jusqu'à se qu'elle se réveille, mais il devait commencer à travailler tôt. Il quitta leure luxueuse chambre et descendit à la cuisine. Une douce odeur de café grimpa jusqu'à ses narines. Le maître de la maison se servit une tasse machinalement, comme à tous les matins. Un café noir, une gorgée, un goût âcre et pourtant...rien n'était aussi bon en se levant, pour redonner de l'énergie. Lucius marcha la tasse à la main jusqu'à son bureau.

Une grande pièce avec un bureau imposant dans le fond. Plusieurs classeurs et armoires ornent l'endroit. Deux rideaux rouges, épais et opaques cachent la grande fenêtre. Derrière le bureau, la chaise de travail qui ressemble davantage à un fauteuil est du même rouge que les rideaux, à la fois clair et foncé. Le riche homme ouvrit d'un coup les rideaux pour laisser la lumière matinale pénétrer la pièce. Une lueur orangé envahit la pièce entièrement. Il fit tranquillement la tour de l'imposant meuble en déposant sa tasse sur celui-ci. Il sortit à nouveau sa baguette magique, mais cette fois-ci pour allumer le gros foyer de la pièce qui faisait face à lui désormais, du même élan, il ferma la porte, les deux étant côte à côte. Laissant son visage caresser par les rayons chaud du soleil, il sortie une chemise de son bureau et en l'ouvrant sortie quelques papiers de celle-ci. En prenant une gorgée de temps en temps, donc le café était rendu très froid vers le fin, il lisait et relisait encore et encore, ses papiers, pour bien absorber chacun des mots, des phrases, qui se trouvaient entre ces lignes. Il allait en avoir de besoin. Tout à l'heure, il avait une réunion au ministère de la magie et il voulait être bien sûr, d'être le mieux préparé.

Un «toc toc» familier au-dessus de sa tête, les souliers de Narcissa sur le sol. Sa femme venait de se lever et devait être ne train de se préparer pour sa journée, à entendre ces bruits familiers. Il entendit ensuite, les pas gracieux descendre les escaliers. Un sourire au coin des lèvres se forma, rêveur. Sans réfléchir à ses gestes, il sortit une plume et du parchemin, sûrement une preuve qu'il passa trop de temps dans son bureau. Il tendit sa main vers la tasse et prit l'ultime gorgée de café qui restait, elle était complètement froide, mais au moins cela le ressaisit. Il commença à écrire des notes et calculer, un peu, l'argent qu'il aurait possiblement à débourser, en fait, glisser sous la table. Il espérait ne pas y avoir recours. Concentré, il n'aima pas être dérangés par les trois coups discret sur la porte, mais étant de bonne humeur ce matin et malgré qu'il savait que ce n'était pas sa femme, beaucoup sûre d'elle-même pour frapper aussi faiblement, il laissa l'être entrer. Ce n'était que ce vulgaire elfe de maison. Il avait un plateau dans les mains et vint le porter jusqu'à l'homme. Le regards bas, la démarche piteuse, il déposa le plateau sur le bureau en prenant un grand soin pour dire «Votre déjeuner, maître» et il s'en alla aussitôt pour ne pas se faire frapper et il avait du ménage à faire, le manoir était grand. Mais Lucius ne l'aurait pas frapper ce matin, il avait étonnamment eu un très bon réveil, mais cela ne voulait pas dire qu'il allait garder sa bonne humeur après la réunion au ministère. Avec un soupir qui signifiait qu'il avait encore beaucoup à faire, il mangeait une bouchée pour travailler un cinq dix minutes. L'esprit occupé sur son parchemin, il finit tout de même par ne plus rien y avoir sur le plateau.

Après deux heures, peut-être trois, il se leva et se dirigea vers sa cheminée. Une poignée de poudre de cheminette à la main, on pouvait aussitôt se douter qu'il allait utiliser le réseau de cheminée se qu'il fit. «Ministère de la magie». Un éclat vert et il se retrouva à l'atrium du ministère. Tout le monde le saluait respectueusement à son passage, il en faisait de même, mais pas par respect, mais plutôt par politesse. Dans l'ascenseur, pour se diriger vers le bureau prévu où avait lieu le rendez-vous, il croisa une des personne avec qui il allait devoir discuter. Il ne parla pas affaire, se n'était pas encore le moment ni le lieux, les murs avaient des oreilles. Ils parlaient de choses banales, comme la température. Côte à côte, ils rentrèrent et fermèrent la porte derrière eux quand ils arrivèrent à l'endroit désigné. Plus aucun bruit ne se faisait entendre de l'extérieur, la pièce avait été insonorisé de manière magique. L'intérieur de la salle était très simple, une grande table au milieu de la pièce était la seule chose qui attirait le regard, le reste semblait vide, fade, dépourvu d'intérêt. Lucius prit place et la discussion commença, les décibels augmentaient peu à peu, tranquillement, mais cela ne prendrait pas de temps avant que le ton de la conversation se réchauffe et devienne de plus en plus fort. Mais il restait calme, le seule en fait à rester calme et ne pas lever le ton de la voix, ou presque. Après un moment, il était tanné, alors l'air hautain sur le visage, il n'eut qu'à dire une remarque, une seule et il les rendit tous cois. Sans un mot de plus, il se leva et s'en alla, les laissant tous là sans mot. Lui avait été prêt pour la réunion, pas eux. Il n'avait même pas eu à débourser une noise, il avait gagné, encore. C'était lui le meilleur, il le réalisait particulièrement dans ces moments, il réalisait aussi à quel point il avait une grande notoriété. Il avait régné toute la réunion, sans qu'aucun d'entre eux de s'en rendre compte. Il avait été le plus malin.

Le pas rapide, la tête haute, arrogant, mais surtout fière. Il fit le chemin à l'envers de ce qu'il avait fait pour venir, il allait retourner chez lui. Une poignée de poudre de cheminette, «Manoir des Malfoy», l'éclat vert et finalement de retour dans son bureau, dans son merveilleux manoir. Il était légèrement agacé d'avoir eu à lever le ton, mais d'un autre côté, il était heureux d'avoir remporté la victoire. Il s'installa dans le «fauteuil» et prit un livre dans l'intention de lire, bien sûr, mais il n'était pas vraiment concentré, il pensait à son fils. Il espérait qu'il soit comme lui plus tard, un homme d'importance qui savait se faire respecter et qui pouvait être sûr que se soit ses idées qui soient acceptés, un homme qui fasse le moins de concession possible. Il avait beaucoup d'ambition pour Draco, il était fière de lui, en plus il était dans la meilleure maison de Poudlard, Serpentard, une chance. Draco aurait préféré aller à Durmstrang, cela n'aurait pas déranger son père, mais que pouvait-on refuser à sa femme. Certe, le corps professoral n'était pas génialissime, loin de là, surtout avec Dumbledore à la tête de la direction, il détestait cet homme. Il avait seulement un professeur qui avait un peu d'allure dans cette école et c'était le professeur de potion, Severus Snape, le directeur de la maison de Serpentard d'ailleurs. Il repensait à son fils, il lui ressemblait à son âge, fière, arrogant et avec de l'ambition, il était encore un peu comme cela d'ailleurs. Il éprouvait une grande affection pour son fils, mais il le montrait jamais, il voulait que son fils soit fort, qu'il soit capable de passer à travers n'importe quelle épreuve, qu'il soit le plus fort, le plus malin, tout comme son père. Il fut sortit de ses pensés quand il sentit son bras le bruler, il releva la manche de sa robe et remarqua que la marque des ténèbres était complètement noir, sans se poser de questions, il transplana aussitôt.

Il arriva en même temps que plusieurs autres, l'accoutrement des mangemorts sur le dos, il se plaça dans le cercle, à l'endroit qui lui était désigné. Le Seigneur des Ténèbres commença son «discours» dont Lucius absorbait chacune des paroles, mais il réalisait de plus en plus que le maître avait changé. Ce n'était plus une guerre idéologique qu'il voulait faire, se n'était plus des discours sur ceux qui avaient le sang souillé, il parlait de plus en plus souvent de l'élu et qu'il fallait se débarrassé de lui. S'en était presqu'agaçant. Tout était si différent du moment qu'il avait décidé de se faire tatouer la marque des ténèbres sur le bras à jamais. Par contre, Lucius était toujours persuadé que le Lord noir avait toujours des pensées pour tous ces Sang-de-bourbe qui ne méritait que la mort, dont cette Granger, qui croyait pouvoir mériter de tenir une baguette magique entre les mains. Juste à cette pensée, un frisson de dégout lui parcourra la nuque, des moldus utilisant la magie, c'était tellement ridicule. Il continua d'écouter et le Seigneur des ténèbres leur demanda de ramener un artefact de magie noire, très rare. Lucius se proposa pour lui apporter, car il pouvait s'en procurer un très facilement. Il en possédait un qu'il avait tout simplement apporter chez Barjow et Beurk, question de sécurité. Il n'était jamais prudent d'avoir ce genre d'objet chez soit, surtout lorsqu'on fait affaire avec le ministère. Il n'avait qu'à aller à la boutique et demander à le récupérer. Le lord le laissa disposer, mais il ne transplana pas sur l'allée des embrumes, mais plutôt chez lui, il venait d'avoir une idée et puis, la mission n'était pas si urgente que cela, il n'avait qu'à y aller après.

Dans le fin-fond de lui-même, il avait envie de voir sa femme, la seule et unique Narcissa, avant de poursuivre dans ses affaires. Malheureusement pour lui, elle n'était pas à la maison, elle devait être dans une de ces sorties où elle se retrouvait avec plusieurs femmes, prenant le thé, et discutant de tout et de rien. Elle disait que c'était très bon pour son image en société ce genre de club. Il la laissait faire, après tout, lui avait bien aussi ces petites organisations, si on pouvait dire cela comme ça. Il était tout de même déçu, leur dernière soirée remontait à si longtemps. Il se disait que ça ne ferait ni de tord à lui, ni à elle n'avoir une soirée à eux seuls. Il pourrait le faire au manoir, Draco étant à Poudlard, ne pourrait pas les déranger et sortir au restaurant signifiait de prendre le risque de croiser quelqu'un qui voudrait peut-être parler affaire. Il espérait qu'elle n'avait rien de prévu, mais il ne se rappelait pas qu'elle ai parlé d'une quelconque soirée mondaine. Alors, il se décida, il préparerait une soirée pour tous les deux se soir. Alors, il appela l'elfe de maison et lui demanda, pas très gentiment, de préparer le plus grandiose repas pour deux et aussi de préparer la table. Il lui demanda aussi de s'occuper de leur chambre pour lui donner un aspect romantique. L'elfe commença aussitôt à travailler, cela lui faisait beaucoup de pain sur la table, les attentes de son maître était très élevé.

Lucius quant à lui ne pouvait pas encore se reposer, il préférait aller tout de suite voir Monsieur Barjow, comme cela il serait débarrassé de cette tâche. Cette fois-ci, il n'utilisa pas le réseau de cheminée et il transplana face à la boutique de Barjow et Beurk. En rentrant à l'intérieur de la boutique, il fit tinter les petites clochettes au-dessus de la porte. Pour le moment, il n'y avait personne derrière le comptoir, mais cela n'allait pas tarder, alors il commença à regarder les différents objets qui trainaient sur les tablettes pour voir s'il n'y aurait pas quelque chose d'intéressant. Mais, il n'y avait rien qu'il ne possédait pas déjà ou sinon c'était des choses qu'il considérait sans intérêt. En entendant la porte de l'arrière-boutique ouvrir, il se retourna et se dirigea vers le comptoir, sans même un bonjour de politesse, il dit.


-Je voudrais récupérer l'objet que j'ai laissé ici l'autre jour.

Malgré la politesse de ses mots, son regard était froid et autoritaire. De plus, il était tellement imprécis dans ses termes que Monsieur Barjow devina aussitôt de quoi il voulait parler. Sans un mot il alla chercher l'objet et le donna à Lucius, enfin, il lui donna dans une boîte, c'était imprudent de toucher directement la chose. Lucius saluait l'homme de la tête et transplana aussitôt auprès de son maître. Il était hors de question qu'il ramène cet objet chez lui. Il donna le coffret à son maître et celui-ci s'en alla avec, «heureux» de l'avoir aussi vite. Lucius était plutôt content que cela ne dure pas plus longtemps que cela et il retourna chez lui. Se fut la plus longue heure de sa vie. Quand sa femme arriva finalement, il la conduit jusqu'à la salle de manger où une très belle table était installé, dîner au chandelle. Avec un sourire enchanteur, il alla l'installer à sa place et tous les deux passèrent une très bonne soirée...

_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur Skype
Enkelis
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 07 Nov 2007
Messages: 149

MessagePosté le: Sam 9 Fév - 14:01 (2008)    Sujet du message: Formatrice Répondre en citant

 T'appelle ça court ce que t'as fait avec Fenrir et Hagrid ? ^^

 J'ai lu Fenrir et c'est bon tu peux le former je finirai de lire tout ça dans la journée (c'est des pavéééés et tant mieux xd]
 
_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Dradra
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2008
Messages: 44
Localisation: Québec =P

MessagePosté le: Sam 9 Fév - 16:18 (2008)    Sujet du message: Formatrice Répondre en citant

XD J'ai pas dit court, j'ai dit un texte que j'ai écrit rapidement {si on considère la longueur du texte, bien sûr}, donc un texte que j'aurais pu faire mieux Razz
Woohoo, je peux enseigner Fenrir Razz Contente que ça te plaise que mes textes soient long ^^

_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur Skype
Enkelis
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 07 Nov 2007
Messages: 149

MessagePosté le: Sam 16 Fév - 17:52 (2008)    Sujet du message: Formatrice Répondre en citant

Voilà j'ai lu ! J'avoue pas tout [mal de tête --] mais en grande partie, au oins les toris quart de chaque RP Wink Fais attention il y a quelques fautes, pas beaucoup mais jete le dit quand même. Je voulais te dire qu'on ne dit pas "malgré que". On dit "malgré le fait que" c'est tout Wink

 Tu peux former =)
_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Dradra
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2008
Messages: 44
Localisation: Québec =P

MessagePosté le: Dim 17 Fév - 05:57 (2008)    Sujet du message: Formatrice Répondre en citant

Génial ^^
J'ai aussi vu des fautes et en lisant en diagonale en plus --'
Mais, j'ai pas envie de corriger ><
Merci pour la remarque, surtout que c'est une expression que j'utilise assez couramment, il est vrai que «malgré le fait que» sonne mieux que «malgré que» Bref...
Il n'y a pas de commentaires sur la manière que je perçois les personnages?
Mais bon, ce n'est pas bien important ^^

_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur Skype
Enkelis
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 07 Nov 2007
Messages: 149

MessagePosté le: Dim 17 Fév - 12:52 (2008)    Sujet du message: Formatrice Répondre en citant

Je vais tout relire si tu veux et je te dirai plus tard. La je fini mes TPe mais je m'en occupe promiiiiiiis !
_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Dradra
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2008
Messages: 44
Localisation: Québec =P

MessagePosté le: Dim 17 Fév - 18:34 (2008)    Sujet du message: Formatrice Répondre en citant

C'est bon ^^ Merci Smile

_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur Skype
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 16:12 (2018)    Sujet du message: Formatrice

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Centre HP Index du Forum -> Acceuil -> Candiatures Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Rpg Powaaa

Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com